<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=257575318280254&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Comment les Français m’ont appris à écouter et poser des questions

 

Published by : Éric Dionne

Comment les Français m'ont appris à écouter et à poser plus de questionsPour cet article, j’ai décidé de prendre un angle différent et de vous faire voyager un peu. Au cours des dernières années, j’ai eu l’occasion de développer des relations d’affaires avec des dirigeants français, qu’ils soient situés en France ou au Québec.

À travers mes différentes opportunités d’affaires avec ceux-ci, j’ai appris une importante notion qui m’a grandement fait évoluer en tant que professionnel de la vente (mais aussi au niveau personnel) et je tiens à vous la partager. Cette précieuse notion que j’ai appris des Français est l’importance de l’écoute, de bien comprendre notre interlocuteur et de chercher à aller en profondeur lors de discussions d’affaires.

Parler la même langue veut-il dire qu’on se comprend?

 

Vous vous demandez peut-être pourquoi je considère que ce sont précisément les Français qui m’ont appris toute l’importance de l’écoute en vente. Je comprends votre incompréhension, car a priori, on a l’habitude de croire que les Français sont très similaires aux Québécois d’un point de vue affaires, alors que pourtant ce n’est pas vraiment le cas. Si vous êtes étonné par cette affirmation, vous allez être encore plus surpris en lisant que c’est majoritairement l’existence d’une barrière de langue entre nos deux peuples qui m’a fait comprendre à quel point il est essentiel de poser des questions et écouter attentivement pour communiquer efficacement en affaires.

 

Je sais, vous ne voyez sûrement pas comment il peut y avoir une barrière de langue entre la France et le Québec alors que nous parlons tous les deux français. Pourtant, je vous assure que cette barrière de langue est très réelle et présente dans tous les échanges. Prenons simplement, par exemple, le terme « cinq à sept ». Pour ceux qui savent, un cinq à sept à Paris n’est pas du tout la même chose qu’un cinq à sept à Montréal (les autres, faites vos recherches et vous allez comprendre!). Il en va de même lorsque l’on vous demande une « photo de vos gosses » …

 

Voyez-vous où je veux en venir? Bien que l’on parle la même langue, il y a une barrière de langue, car chaque peuple à son propre lexique et c’est pourquoi il est extrêmement important de ne pas interpréter à notre façon ce qui nous est dit lorsque l’on discute avec un Français, car cela peut être le déclencheur d’une série d’incompréhensions.

 

Comprendre au lieu d’interpréter

 

L’important à comprendre de tout cela est que ce n’est pas une notion qui s’applique seulement lorsque l’on fait affaires avec les Français. Ce que j’ai réellement remarqué, c’est que cette situation s’applique à toutes discussions d’affaires, car en réalité, chaque personne est unique et a son propre lexique ainsi que ses propres interprétations. C’est pourquoi même quand vous discutez avec quelqu’un qui parle la même langue que vous, qui a un background similaire au vôtre ou que vous connaissez depuis des années, vous devez absolument vous assurer que vous n’interprétez pas et que vous comprenez réellement ce qui est dit par cette personne.

 

Voici quelques façons de vous y prendre pour vous assurer que vous et votre interlocuteur êtes sur la même longueur d’onde :

  • N’assumez jamais que vous avez tout compris;
  • Forcez-vous à poser plus de questions pour obtenir des précisions;
  • Cherchez à approfondir le plus possible chaque sujet abordé;
  • Faites preuve de curiosité en étant intéressé à la réalité de votre interlocuteur;
  • Faites preuve d’ouverture tout au long de la conversation.

 

Qu’est-ce que cette approche m’a apporté concrètement?

 

Ce que mon expérience à échanger avec des Français m’a apporté est que je suis désormais en mesure de pousser la conversation plus loin. Dans un contexte de vente, c’est quelque chose d’essentiel à plusieurs niveaux. Je suis aussi plus ouvert dans mes discussions et mes questions sont plus profondes ce qui me permet d’en apprendre plus sur la réalité de mes clients.

 

Cette profondeur de discussion m’a aussi permis de bâtir des relations beaucoup plus honnêtes ainsi que des liens de confiance forts. Je connecte mieux avec mes clients et cela me permet d’évoluer dans un réseau de contacts beaucoup plus solide.

 

À retenir

 

Ce que j’ai voulu vous enseigner à travers cet article, c’est qu’on pense souvent que parce que l’on parle une même langue, nécessairement on se comprend. Pourtant, chaque personne parle d’une certaine façon sa propre langue et s’exprime d’une façon unique. Ce qui est donc essentiel dans toutes rencontres d’affaires est donc de faire un effort pour vraiment comprendre ce que votre interlocuteur vous dit et non pas interpréter selon votre propre façon de communiquer. N’oubliez pas de vous assurer de poser assez de questions, car cela vous servira énormément aussi.

 

Guide gratuit - Les 21 compétences clés en vente (édition 2019)

Éric Dionne

J’aide les dirigeants d’entreprise qui veulent générer plus de ventes profitables. Je suis passionné par les dernières tendances et conditions qui façonnent le terrain de la vente. En tant que conseiller de confiance , je m’implique pour aider les entrepreneurs à atteindre leurs objectifs. J’ai une approche intégrée pour savoir où les entreprises ont besoin d’aide, pour partir de leur situation actuelle et se rendre là où elles veulent se rendre.

Blogue

LA SCIENCE DE LA VENTE

Le blogue LA SCIENCE DE LA VENTE est dédié aux dirigeants d'entreprises et leaders en vente qui recherchent les meilleures pratiques pour bâtir, recruter, coacher, former, évaluer, motiver et rémunérer leurs équipes de vente et ainsi améliorer la performance des ventes.

Articles récents

EXCLUSIVE CONTENT

Guide gratuit - Les 21 compétences clés en vente (édition 2019)